Washington DC 09 20 2021. More than 600,000 white flags honor lives lost to COVID, on the National Mall. The art installation " In America: Remember" was created by Suzanne Brennan Firstenberg.

Depoliticizing Social Murder in the COVID-19 Pandemic

­­By Nate Holdren

Lire en français.

The present pandemic nightmare is the most recent and an especially acute manifestation of capitalist society’s tendency to kill many, regularly, a tendency that Friedrich Engels called “social murder.” Capitalism kills because destructive behaviors are, to an important extent, compulsory in this kind of society. Enough businesses must make enough money or serious social consequences follow — for them, their employees, and for government. In order for that to happen, the rest of us must continue the economic activities that are obligatory to maintain such a society.

That these activities are obligatory means capitalist societies are market dependent: market participation is not optional, but mandatory. As Beatrice Adler-Bolton has put it, in capitalism “you are entitled to the survival you can buy,” and so people generally do what they have to in order to get money. The predictable results are that some people don’t get enough money to survive; some people endure danger due to harmful working, living, and environmental conditions; some people endure lack of enough goods and services of a high enough quality to promote full human flourishing; and some people inflict the above conditions on others. The simple, brutal reality is that capitalism kills many, regularly. (The steadily building apocalypse of the climate crisis is another manifestation of the tendency to social murder, as is the very old and still ongoing killing of workers in the ordinary operations of so many workplaces.)

The tendency to social murder creates potential problems that governments must manage, since states too are subject to pressures and tendencies arising from capitalism. They find themselves facing the results of social murder, results they are expected to respond to, with their options relatively constrained by the limits placed on them by capitalism. Within that context governments often resort to a specific tactic of governance: depoliticization.

Depoliticization is an attempt by government “to place at one remove the politically contested character of governing,” in the words of the political scientist Peter Burnham. This might be called rule in denial: making decisions without seeming to make decisions, treating consequences as inevitable, and trying to displace authority elsewhere so as to avoid accountability for what occurs.

Burnham’s analysis is helpful for understanding the Biden administration’s pandemic response, in several ways. First, he places depoliticization in a larger theoretical and social context by stressing that governments must manage the potential political consequences of problems that are fairly predictably generated by capitalism.

Depoliticization helps withstand demands for government action by presenting some events as inevitable (as when President Biden said two days after taking office that “there’s nothing we can do to change the trajectory of the pandemic in the next several months”) and others as impossible (as when Press Secretary Jen Psaki scoffed in a December press briefing, “should we just send one [covid test] to every American?”).

Other depoliticization strategies deployed by the Biden administration trade on the abdication of decision-making power, such as delegating decisions to state and local authorities; and rhetorically scapegoating others (the list includes the Supreme Court, the unvaccinated, Republicans, coronavirus variants, and the supposed recalcitrance of the population in the face of largely non-existent mitigation measures).

According to Burnham’s analysis, these tactical choices should be understood in a context of social conflict. Social conflicts are sites of the potential eruption of politics from below. Governments depoliticize in part to retain control over who sets the terms for what is and is not political, and, above all, to prevent the politicization of what are ostensibly routine aspects of life in capitalist society. That kind of politicization always challenges the state, and depoliticization as a tactic is an attempt to defuse that challenge.

Take, for example, low-waged work as a particularly relevant site of social conflict. The redistributive policies pursued early in the pandemic seem to have encouraged the so-called Great Resignation. As Abdullah Shihipar has detailed, earlier in the pandemic “in the attempt to stem the tide of death, unprecedented reforms were enacted” by local, state, and federal governments, including eviction moratoria, better unemployment benefits, and an increase in free lunch programs in schools. These policies were forms of relative — and, I would stress, attenuated — politicization of existing conditions through policy. One important result was a dramatic reduction in poverty. As a presidential candidate, Biden called for more of this kind of policy, as well as criticizing the Trump administration for not doing more along these lines. These earlier approaches to the pandemic offered small glimpses of possibility and a chance of loosening some of the degree to which people’s lives are made secondary to serving the good of accumulation. The Biden administration has since abandoned that approach and opted for depoliticization.

Of course, a driving force behind the “Great Resignation” has likely also been people not wanting to get sick at work. (I can say personally, my mother quit her job at a warehouse due to fear of COVID-19 exposure and took a lower paying job in a retail establishment with better infection mitigation measures.) Constraining people’s economic options in order to rein in the Great Resignation seems to have been part of the reason Biden did not continue the mildly generous redistributive policies from the pandemic’s early days.

This leads to a final relevant aspect of Burnham’s analysis: when governments engage in tactics of depoliticization, their goal is not to solve social problems, but to solve their own political problems, often by trying to render social problems no longer political liabilities.

The people working in the administration are not naïve. They know the consequences of their actions, yet they take those actions anyway. Presumably they are not monsters, in that they do feel bad that some people have died and more will die as the result of their decisions, but they make those decisions nonetheless. Those of us with populist inclinations are tempted to attribute capitalism’s ills to the greed and inhumane indifference of the rich and powerful. While our social superiors may well be like that, those character flaws are far less the cause of social harms than they are effects of underlying social patterns (put the most big-hearted people in such positions, and see how long they remain big-hearted!). Businesses face competitive pressures which compel them to treat employees, customers, and the environment badly. Forced to act in such ways, managers look for rationales and slowly re-make their moral character to fit. Capitalism produces both mass death and people in positions of institutional authority who are able to live with mass death. As such, moral appeals to the administrations’ consciences will not get us very far.

The Biden administration’s response to the pandemic will be only as principled and humane as the political consequences that humane, principled people can impose on the administration via collective action. Thus any serious effort at mitigating this catastrophic episode of social murder in the short term can only take as its starting point how large numbers of ordinary people can create serious consequences for those at the heights of power. In the long term, we must find our way to a society that is not fundamentally murderous.

Nate Holdren is a legal historian of capitalism in the United States. He is the author of the book Injury Impoverished: Workplace Accidents, Capitalism, and Law in the Progressive Era and teaches in the Program in Law, Politics, and Society at Drake University. 

Lire en français.

Dépolitiser le meurtre social dans la pandémie de Covid-19

Le cauchemar pandémique actuel est la manifestation la plus récente et la plus aiguë de la tendance de la société capitaliste à tuer beaucoup et régulièrement, une tendance que Friedrich Engels appelait « meurtre social ». Le capitalisme tue parce que les comportements destructeurs sont, dans une large mesure, obligatoires dans ce type de société. Les entreprises doivent faire suffisamment d’argent ou de graves conséquences sociales s’ensuivent – pour elles, leurs employés et le gouvernement. Pour que cela se produise, le reste d’entre nous doit poursuivre ses activités économiques qui sont obligatoires pour maintenir ce type de société.

Le fait que ces activités soient obligatoires signifie que les sociétés capitalistes sont dépendantes du marché : la participation au marché n’est pas facultative, mais obligatoire. Comme l’a dit Beatrice Adler-Bolton, dans le capitalisme « vous avez droit à la survie que vous pouvez acheter », et donc les gens font généralement ce qu’ils doivent faire pour obtenir de l’argent. Les résultats prévisibles sont les suivants : certaines personnes n’obtiennent pas assez d’argent pour survivre ; certaines personnes sont en danger en raison de conditions de travail, de vie et d’environnement dangereuses ; certaines personnes souffrent d’un manque de biens et de services de qualité suffisante pour favoriser le plein épanouissement de l’être humain ; et certaines personnes infligent aux autres les conditions susmentionnées. La réalité simple et brutale est que le capitalisme tue beaucoup, régulièrement. (L’apocalypse en constante progression de la crise climatique est une autre manifestation de la tendance au meurtre social, tout comme le meurtre très ancien et toujours en cours des travailleurs dans les opérations ordinaires de tant de lieux de travail).

La tendance au meurtre social crée des problèmes potentiels que les gouvernements doivent gérer, puisque les États sont eux aussi soumis aux pressions et aux tendances découlant du capitalisme. Ils se retrouvent face aux résultats du meurtre social, résultats auxquels ils sont censés apporter des réponses, avec des options relativement restreintes par les limites que leur impose le capitalisme. Dans ce contexte, les gouvernements ont souvent recours à une tactique spécifique de gouvernance : la dépolitisation.

La dépolitisation est une tentative du gouvernement de « mettre à distance le caractère politiquement contestable de la gouvernance », pour reprendre les termes du politologue Peter Burnham. On pourrait appeler cela la règle du déni : prendre des décisions sans avoir l’air d’en prendre, considérer les conséquences comme inévitables et essayer de placer l’autorité ailleurs afin d’éviter d’avoir à répondre de ce qui se passe.

L’analyse de Burnham est utile pour comprendre la réponse de l’administration Biden à la pandémie, à plusieurs égards. Premièrement, il place la dépolitisation dans un contexte théorique et social plus large en soulignant que les gouvernements doivent gérer les conséquences politiques potentielles des problèmes qui sont générés de manière assez prévisible par le capitalisme.

La dépolitisation permet de résister aux demandes d’action gouvernementale en présentant certains événements comme inévitables (comme lorsque le président Biden a déclaré, deux jours après son entrée en fonction, qu’ »il n’y a rien que nous puissions faire pour changer la trajectoire de la pandémie au cours des prochains mois ») et d’autres comme impossibles (comme lorsque l’attachée de presse Jen Psaki a raillé, lors d’un point de presse en décembre, « devrions-nous simplement envoyer un [test covid] à chaque Américain ? »).

D’autres stratégies de dépolitisation déployées par l’administration Biden reposent sur l’abdication du pouvoir de décision, comme la délégation des décisions aux autorités locales et étatiques, et la désignation de boucs émissaires (la liste comprend la Cour suprême, les personnes non vaccinées, les républicains, les variants du coronavirus et la récalcitrance supposée de la population face à des mesures d’atténuation largement inexistantes).

Selon l’analyse de Burnham, ces choix tactiques doivent être compris dans un contexte de conflit social. Les conflits sociaux sont des lieux d’éruption potentielle de la politique par le bas. Les gouvernements dépolitisent en partie pour garder le contrôle sur ceux qui définissent les termes de ce qui est et n’est pas politique et, surtout, pour empêcher la politisation des aspects apparemment routiniers de la vie dans la société capitaliste. Ce type de politisation constitue toujours un problème pour l’État, et la dépolitisation, en tant que tactique, est une tentative de désamorcer ce risque.

Prenons, par exemple, le travail faiblement rémunéré, qui est un lieu de conflit social particulièrement important. Les politiques de redistribution mises en œuvre au début de la pandémie semblent avoir encouragé ce que l’on appelle la Grande Démission. Comme l’a expliqué Abdullah Shihipar, au début de la pandémie, « pour tenter d’endiguer la vague de décès, des réformes sans précédent ont été adoptées » par les gouvernements locaux, étatiques et fédéraux, notamment des moratoires sur les expulsions, de meilleures allocations de chômage et une augmentation des programmes de repas gratuits dans les écoles. Ces politiques étaient des formes de politisation relative – et, je le souligne, modérée – des conditions existantes par le biais de la politique. Un résultat important a été une réduction spectaculaire de la pauvreté. En tant que candidat à la présidence, Biden a appelé à développer ce type de politique, tout en critiquant l’administration Trump de ne pas en avoir fait plus dans ce sens. Ces approches antérieures sur la pandémie avaient offert de petits aperçus de ce qui est possible et une chance de relâcher un peu le caractère subordonné de la vie des gens au service du régime d’accumulation. L’administration Biden a depuis abandonné cette approche et opté pour la dépolitisation.

Bien sûr, l’une des forces motrices de la « Grande Démission » est probablement aussi le fait que les gens ne veulent pas tomber malades au travail. (Je peux le dire personnellement, ma mère a quitté son emploi dans un entrepôt par crainte d’être exposée au COVID-19 et a accepté un emploi moins bien rémunéré dans un établissement de vente au détail disposant de meilleures mesures d’atténuation des infections). Limiter les options économiques des gens afin de freiner la Grande Démission semble avoir été une des raisons pour lesquelles Biden n’a pas poursuivi les politiques de redistribution vaguement généreuses des premiers jours de la pandémie.

Cela nous amène à un dernier aspect pertinent de l’analyse de Burnham : lorsque les gouvernements s’engagent dans des tactiques de dépolitisation, leur objectif n’est pas de résoudre les problèmes sociaux, mais de résoudre leurs propres problèmes politiques, souvent en essayant de faire en sorte que les problèmes sociaux ne soient plus des enjeux politiques.

Les employés des administrations ne sont pas naïfs. Ils connaissent les conséquences de leurs actions, mais les entreprennent quand même. On peut supposer qu’ils ne sont pas des monstres, dans la mesure où ils se sentent mal que certaines personnes soient mortes et que d’autres vont mourir à cause de leurs décisions, mais ils prennent néanmoins ces décisions. Ceux d’entre nous qui ont des penchants populistes sont tentés d’attribuer les maux du capitalisme à la cupidité et à l’indifférence inhumaine des riches et des puissants. Bien que nos dirigeants sociaux puissent être comme cela, ces défauts de caractère sont bien moins la cause des maux sociaux qu’ils ne sont les effets de structures sociales sous-jacentes (placez les personnes les plus généreuses dans de telles positions, et voyez combien de temps elles le resteront !) Les entreprises sont soumises à des pressions concurrentielles qui les obligent à maltraiter leurs employés, leurs clients et l’environnement. Contraints d’agir de la sorte, les managers cherchent des justifications et remodèlent lentement leur comportement moral pour s’y adapter. Le capitalisme produit à la fois une mort massive et des personnes en position d’autorité institutionnelle qui sont capables de vivre avec cette mort massive. En tant que tels, les appels moraux à la conscience des administrations ne nous mèneront pas loin.

La réponse de l’administration Biden à la pandémie ne sera humaine et respectueuse des principes que si des personnes humaines et respectueuses des principes provoquent des conséquences politiques par une action collective. Ainsi, tout effort sérieux pour atténuer cet épisode catastrophique de meurtre social à court terme ne peut que prendre comme point de départ la façon dont un grand nombre de personnes ordinaires peuvent créer des répercussions sérieuses pour ceux qui sont au sommet du pouvoir. À long terme, nous devons trouver la voie d’une société qui ne soit pas fondamentalement meurtrière.

Nate Holdren est un historien juridique du capitalisme aux États-Unis. Il est l’auteur du livre Injury Impoverished : Workplace Accidents, Capitalism, and Law in the Progressive Era et enseigne dans le cadre du programme de droit, politique et société de l’université Drake.

(translation via Cabrioles – Carnet de recherche pour l’Autodéfense Sanitaire face au Covid-19)

The Petrie-Flom Center Staff

The Petrie-Flom Center staff often posts updates, announcements, and guests posts on behalf of others.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.